17 janvier 2006

J’ai un secret : je sais comment faire manger des fruits et légumes à mes enfants !


Une étude très intéressante…
Tout le monde s’accorde à dire aujourd’hui que les fruits et légumes ont des effets bénéfiques sur la santé. Mais la réalité c’est que les enfants ont une faible attirance pour ce type d’aliments.
Chez l’enfant, les préférences gustatives sont de puissants déterminants des choix alimentaires et l’aversion, un des principaux obstacles à la consommation de légumes. Il serait donc judicieux d’intervenir de façon à modifier les preferences alimentaires de vos mouflets.
Et c’est exactement l’objet de l’étude que je vais vous exposer :
Une équipe de chercheurs britanniques à récemment testé cette hypothèse à travers une étude d’intervention "à la maison", impliquant des parents et leurs enfants, âgés de 2 à 6 ans.
Cette étude contrôlée, menée sur environ 150 enfants, a comparé l’influence de l’exposition répétée au goût sur la consommation d’un légume spécifique, à celle de l’information nutritionnelle et de l’absence d’intervention.
Les enfants ont été randomisés en 3 groupes : Exposition, Information et groupe Contrôle.
• Dans le groupe exposition, on a demandé aux parents de faire goûter le légume test quotidiennement à leur enfant pendant
2 semaines. Pour encourager l’enfant, on leur a suggéré de lui montrer l’exemple : "Maintenant que je l’ai goûté, est ce que tu peux le faire aussi ?". Il ne devaient pas demander à leur enfant de manger le légume, simplement d’en goûter un petit peu, et surtout, ne devaient pas y associer une récompense.
Après chaque exposition, l’enfant devait simplement apposer sur un journal alimentaire un autocollant représentant un visage symbolique, exprimant son goût pour le légume : "j’aime" (sourire) "ça va" (neutre) "je n’aime pas" (grimace).
• Dans le groupe information, on expliquait aux parents l’intérêt de consommer 5 fruits et légumes par jour. On leur remettait des brochures de conseils et de suggestions pour accroître la consommation de fruits et de légumes chez leur enfant.
• Le groupe contrôle recevait quelques conseils sur la façon de nourrir sainement un enfant et était réévalué après 2 semaines.
Le légume test était sélectionné parmi 6 (carotte, céleri, poivron rouge, poivron vert et concombre) classés par chaque enfant, de 1 à 6, selon ses préférences, en choisissant celui qui avait le niveau moyen (niveau 3).
L’effet des différentes interventions sur la consommation du légume test était mesuré par pesée de la quantité de légume avant et après consommation, le premier jour et 2 semaines plus tard. Tout se passait à la maison, en présence de la mère ou du père.

Le niveau de goût pour le légume a significativement augmenté entre le pré et le post test dans le groupe exposition et, de manière moins importante, dans le groupe contrôle. En revanche, il n’a pas changé dans le groupe information.
La même évolution a été constatée pour le niveau de préférence de l’aliment test qui a augmenté dans le groupe exposition et contrôle mais pas dans le groupe information. En outre, au bout de 2 semaines, le légume test est devenu le légume préféré chez près de 30 % des enfants du groupe exposition, contre seulement 5% dans le groupe contrôle et 2 % dans le groupe information.
Enfin, le pourcentage d’enfants consommant volontairement le légume test est passé de 47% à 77% dans le groupe exposition alors que les résultats n’étaient pas significatifs dans les deux autres groupes. Le groupe exposition est également le seul où la quantité de légume test consommée a significativement augmenté.
Ces résultats démontrent que chez un enfant l’exposition quotidienne à un légume peu apprécié a des effets favorables en terme de goût et de consommation. Ils confirment que la présentation répétée d’aliments nouveaux à des enfants peut transformer le rejet en acceptation. Il est intéressant de noter que c’est dans le groupe information que les résultats ont été les plus médiocres. Comme quoi, il ne suffit pas de savoir pour bien faire... Un grand niveau de connaissance nutritionnelle chez des parents n’est pas forcément associé à une grande consommation d’aliments " sains " chez leurs enfants. Il semble même que répéter à un enfant qu’un aliment est bon pour sa santé a plutôt tendance à provoquer un rejet pour cet aliment et... un stress pour les parents ! Mieux vaut procéder en douceur et de manière ludique.

Au total, Demander à votre enfant de goûter un tout petit peu (et pas pour faire plaisir à Papa ou Maman !) et souvent d’un aliment rejeté.

Courage, les parents , on va y arriver !



D’après un article Wardle J et al, Increasing children’s acceptance of vegetables ; a randomized trial of parent-led exposure, Appetite, 40, 2003, pp155-162.

1 commentaire:

Eva a dit…

de toutes les façons le légume préféré d'Ethan c'est .... LES PATES !